{* Choice Fascination
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

{* Choice Fascination

Une Hésitation qui déclencha une Dévastation
 
AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

 

 Bella Swan *} Fiche Administrative

Aller en bas 
AuteurMessage
Renesmée Cullen
I can't live without you | &&. Fondatrice
Renesmée Cullen


Messages : 405
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Somewhere

{* Vous
{ You are ?: Vampire
{ Relations:
{ Humeur: Dévastée

Bella Swan *} Fiche Administrative Empty
MessageSujet: Bella Swan *} Fiche Administrative   Bella Swan *} Fiche Administrative Icon_minitimeMer 2 Juil - 18:02

I- Prologue :


Nom : Swan
Prénom(s) : Isabella Mary
Surnom(s)* : Bella
Date & Lieu de Naissance : 13 septembre 1989, Forks.

Âge : 18 ans
Métier* : Etudiante

II- La vie :

Caractère : (7 lignes minimum)
Bella à un caractère bien à elle. A dix-huit ans, elle ne fait pas partie de ces jeunes sans repère qui ne pense qu'à faire la fête, non, Bella à le sens des responsabilités. Cela à sûrement un rapport avec les nombreux dangers qui la guettent sans arrêt. Il faut dire qu'elle est un véritable aimant à catastrophe. D'une maladresse terrible, même courir devient un véritable parcours du combattant. S'emmêler dans ses jambes, trébucher, casser un vase.. C'est son quotidient. Pas assez coordonnée dans ses mouvements dirait-elle. Aussi, elle ressemble beaucoup à son père sur le prend caractériel. Plutôt solitaire, elle ne sentant pas très bien avec les jeunes de son âge ainsi que tout le monde il faut dire. Sans être associable, elle a parfois l'impression de en pas voir le même monde que les autres (ce qui n'est pas toujours faux). Elle n'est pas du genre très bavarde, écoute plutôt que de parler. Elle aime bien la traquilité, qu'on la laisse un peu prendre ses marques avant de lui sauter dessus. On pourrait presque la qualifier de timide mais le mot serait un peu fort. Quoi qu'il en soit elle est vite gênée et surtout.. elle déteste les fêtes. Ce qui est un grand point de désaccord avec Alice Cullen. Bella est aussi plutôt courageuse. Sans tomber dans le cliché de l'héroïne, lorsqu'il s'agit de sauver quelqu'un qu'elle aime, elle peut faire beaucoup de chose, jusqu'à donner sa vie pour celle de son être aimé. Ce courage la mène souvent à ne pas prendre conscience du danger qu'elle cours. Déjà que de traîner avec des vampires ou des loup-garou n'est pas très prudent, mais se livrer à ceux ci pour sauver quelqu'un c'est carrément suicidaire. Ensuite on ne peut pas dire qu'elle soit hypocrite ou menteuse, et pour cause : elle en sait pas du tout mentir. Il est très facile de détecter un mensonge dans ses paroles ! « Tu mens si mal que tu gobes le premier un peu doué dans ce domaine » dirait Edward Cullen. Ce qui m'amène à un autre point important de Bella Swan : elle est naïve. Bon, pas toujours pas très souvent. Elle croit souvent qu'il y a toujours une solution.. Du moins espère.

Physique : (6 lignes minimum)

Histoire : (15 lignes minimum)

    Je suis née le treize septembre 1989 à Forks. Ma vie était, avant qu'ils n'entrent dans celle ci, très banale. Mes parents s'étaient mariés très jeunes et sur un coup de tête, très peu de temps après ma naissance, ils divorcèrent et ma mère m'emmena en Arizona, à Phoenix, où je grandis. J'adorais Phoenix. La chaleur de ces lieux... Tout les étés, je devais pourtant me rendre à Forks, voir mon père. Ce que je détestais. A Forks, il pleut 360 jours de l'année. Les rares jours d'éclaircit il il y a forcément un vent terrible. L'été n'existe pas. Il fait toujours froid. Je me suis toujours demandé comment mon père faisait pour vivre ici. Et pourtant, aujourd'hui, je n'imaginerais pas quitter cette endroit. C'est à quatorze ans que j'osai enfin dire que je n'avais plus envie de passer mes étés à Forks. Cela fit sûrement de la peine à mon père, cependant je n'en fus jamais informée. Ma mère me comprennait parfaitement sur ce point, rien ne vaut la chaleur de Phoenix.
    Mon adolescence se passait plutôt bien. J'avais des amis, le collège, puis le lycée.. Pourtant, alors que j'avais seize ans, ma mère, Renée, trouva l'amour. Cela ne m'étonnai pas. Elle était belle et jeune. Son nouvel amour était un basketteur, l'inconvénient à la chose était qu'il était très souvent en voyage. Je savais que puisque moi je ne pouvais pas partir à cause de mes études, j'étais une sorte de boulet pour ma mère. Bien qu'elle ne m'en fit jamais part. Je ne sentais assez. Je déclarai donc que je pourrais habiter chez mon père Charlie, à Forks. Bien que cette idée ne me plaisait pas du tout, au moins ma mère serait libre de voler où bon lui semble avec Phil, son basketteur. Je mis une semaine avant qu'elle n'appelle Charlie pour lui demander son avis. Ce dernier était très content de m'accueillir. Mon père était un homme très solitaire qui avait ses petites habitudes. Je savais que j'allais envahir son espace, mais il parraissait sérieusement content.
    Je partis à l'aéroport de Phoenix, contemplant une dernière fois le soleil de l'Arizona. Le trajet fut long, je m'ennuyai. Je me demandai comment ma nouvelle vie allait se passer. Je m'étais imaginé beaucoup de choses, mais rien n'égala ce qui m'attendais vraiment à Forks. L'avion atterrit.
    Naturellement, il pleuvait. Charlie m'attendait. Il m'amena à Forks dans sa voiture de patrouille, car oui il était policier. La bonne chose avec lui, c'est qu'il ne ressent pas toujours le besoin de parler, le silence n'est jamais pesant. Bien qu'un malaise certain s'était établit entre nous. Charlie m'avait dégoté une voiture retapé par des amis à lui. Une chevrolet rouge assez ancienne : je l'adorais. Si Forks était vraiment une ville que je détestais, je me remontais le moral en me disant qu'au moins ma mère était enfin libre. Bien qu'elle s'inquiétait pour moi (ses appels et e-mail que je recevais régulièrement était là pour me le prouver) je devinais qu'elle était contente de pouvoir être avec Phil et de l'accompagner dans tous ses voyages.
    Et enfin, vint le premier jour de lycée. Des gens furent plutôt sympa avec moi. Un certain Mike Newton m'accompagna à tout mes cours, et je rencontrai Jessica, Angela.. Bref je fus vite intégrée dans le sac. Mais c'est le cours de science qui me gênai le plus. Je me retrouvai à côté d'un certain Edward Cullen. Jessica m'avait parler de lui et de sa famille à la cafétériat. Ils étiaent au nombre de cinq sur une table. Tous d'une beauté extravagante et tous à la peau très clair. Alice, Edward et Emmett vivaient chez leur oncle et tante le docteur Cullen et sa femme Esmée ainsi que Rosalie et Jasper. Si Rosalie -la petite amie d'Emmett-étaient la plus belle fille du monde, la perfection incarnée, si Alice -La petite amie de Jasper- était semblabe à un petit lutin, si Emmett était l'homme le plus musclé qu'il m'était donné de croiser dans cette ville et si Jasper était plutôt mignon aussi j'avais une préférance pour Edward. Ce dieu vivant aux reflet cuivrés. Si.. parfait. En cours de sciences, je ne trouvai nettement moins parfait. Certes sur le plan physique il était toujours aussi beau, je découvris même ses yeux noir jais, sur le plan caractériel il était nettement moins sympatique. Il s'appliqua à m'ignorer, était tout au bout de la table, le plus loin possible de moi. Je fus surprise de son incapacité à communiquer. Bien vite je ne m'en préoccupai plus. Je me surprenai à contempler sa beauté de temps à autres.. Mais un jours..
    Lorsqu'il arriva en cour, il me dit « Bonjour » en souriant. Je remarquai que ses sombres prunelles étaient désormais ocre, mieleuse. J'en fus très surprise. Je lui répondis tout de même. Ce cours là, il me parla avec attention. Son ténor m'envoutait toute entière. Il paraissait si intelligent, si instruit. Il n'y avait pas d'autre explication : il était un dieu. En tout cas il n'était pas humain. Tous les humains faisait tellement.. tellement tâche à côté de cette splendeur. Les cours de sciences passent désormais bien rapidement, j'avais désormais une activité passionnante : Edward Cullen. Le regarder ou l'écouter, cela faisait tellement passer le temps.
    Je ne sais pas si je rêvais de lui, ou bien si j'étais simplement fatiguée lorsque cela arriva, mais en rentrant sur le parking, je manquai de me faire écraser. Edward, ce héros. Lui qui était à plusieurs mètre arrive à me sauver, plongeant sur moi et arrêtant la voiture. Mes soupçons étaient maintenant vérifier : il était bel et bien un dieu. Il n'appartenait pas au commun des mortels, s'étaient sur. Bon.. peut-être que "dieu" était un mot un peu fort -quoi que- mais je n'étais pas si loin de la vérité.
    La vérité ? Vous la voulez ? Moi, je la découvris lorsque des amis à moi me proposèrent d'aller avec eux à la Push. La push était le "territoire Quileute", indien si vous préférez. C'est là que je vis Jacob Black. Il était le fils d'un bon ami à mon père, et le petit frère de deux de mes amis d'enfance. Je savais qu'il y avait beaucoup de légendes à Forks, je réussis à faire en sorte que Jacob me les raconte. Cela parlait de Protecteurs, des loups-garou.. Cela ne m'intéressait pas. Une seule retint mon attention : celle sur les Sang-Froid, celle sur les Cullen. D'après la légende, ils étaient des... vampires.
    Je n'y crus d'abord pas. Mais je me rendis bien compte qu'enfaite, c'était tout à fait possible. Bon, certes le fait que les vampires existent et tout et tout ce n'était pas très ordinaire, mais tout s'expliquait très bien si les Cullen étaient une bande de vampires. Etrangement, cela ne me repoussa pas. Cela ne me fit pas du tout peur. Edward était un être si parfait qu'il était impossible qu'il me fasse peur. Et tout s'enchaina.. Je devins la petite amie d'Edward Cullen. C'était mon premier petit ami, et il faut dire que je pensais sérieusement qu'il serait le dernier. Hormis si il se laissait de ma banalité (étrangement il me trouvait exceptionnel) je ne voyais pas très bien pourquoi j'aurais envie d'aller voir ailleurs. De plus, sa famille était charmante. Hormis peut-être Rosalie, je m'entendais bien avec tout le monde. Alice était comme ma soeur, Jasper et Emmett étaient très sympa. Esmée adorable et Carlisle aussi.
    Je ne fus jamais autant en danger de ma vie que lorsque je sortais avec lui. Un vampire nommé James -pour une raison confuse- ME voulait. Il voulait me tuer, pour ceci, il me fit croire qu'il détenait ma mère pour m'attirer dans un local de danse. Là il m'attaqua. Je crus ma dernière heure venu, mais Edward débarqua suivit du reste de la famille. Lorsque je m'éveillai j'étais par terre, Carlisle me soignait. Je m'étais fais mordre par James, un peu plus et je me transphormais en vampire. Heureusement -ou non- Edward aspira le venin.
    Cela faisait six mois que nous étions ensemble, je m'étais faites à Forks, j'entrais en Terminal, j'étais heureuse. Mais le jour de mon anniversaire réussit à tout gacher. Ce jour là, Alice avait organisé une fête. Tout ce passait pour le mieux, jusqu'à se que -comme une idiote- je me coupai avec du papier. Là, Jasper, le dernier à être entrer dans le clan et donc celui qui se contrôlait le moins, se jeta sur moi. Des assiettes se brisèrent et des miliers de morceaux me perforèrent le bras. Seul Carlisle -étant chirurgien- pu rester pour me soigner. A moi, cela ne me sembla pas trop grave. J'avais courus un petit risque, mon héros m'avait sauvé, fin de l'histoire. Mais Edward ne vit pas du tout cela sous cet angle. Je remarquai que depuis l'incident il était incroyablement distant. Je compris plus tard pourquoi.
    Ce jour là était sans doute le pire de mon existance. Il me proposa de marcher dans la forêt. Là il dit ces tristes mot : « Nous partons Bella. » Je crus d'abord que j'étais du voyage, mais je me rendis bien vite compte que non. Edward et sa famille déménageaient, me quittaient, m'abandonnaient. « Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrais pas. Poursuis ta vie, je ne m'en mêlerais plus. Tout sera comme si je n'avais jamais existé. » Ces mots étaient comme des lames de rasoir qui me coupaient en mille morceaux. Je n'étais plus que des lambeaux. Edward me quittait. J'étais trop mal, trop surprise, trop dévastée pour répondre quoi que se soit. Lorsqu'il partit, je déambulai quelques instants avant de me laisser tomber par terre. Il pleuvait, j'étais si mal. J'étais si.. détruite. Je ne voulais plus jamais me relever. Je voulais mourir. Mais j'avais fais la promesse à Edward de ne rien faire de la sorte, de plus je n'étais pas assez égoïste pour le faire.
    Le temps passa. La Terre continua de tourner. Comme si il n'avais jamais existé.
    J'étais devenue une élève modèle, sage, je ne sortais jamais. J'étais certes semblable à un zombi, mais je ne créais aussi soucis. Je vivais, vide, malheureuse. Mon père me menaça de me renvoyer chez ma mère si je continuais ainsi. Cela me secoua. Je ne voulais pas rentrer, j'avais l'illusion de croire qu'ils reviendraient, même après plusieurs mois. Je me forçai donc à renouer avec mes anciens amis que j'avais délaissé. Jessica accepta une soirée cinéma. Ma vie recommença quelques peu. Même si ma plaie béante qui me déchirait et me faisait tellement souffrir était encore présente. J'avais remarqué que lorsque je prenais un risque, lorsque je faisais monter l'adrénaline, je l'entendais : Edward. Il me parlait. Son ténor retentissait en moi. C'est ainsi que je trouvai deux motos.
    Je me souvenais que Jacob Black était mécano à ses heures. Je lui amenai les motos, il me promis de me les retaper ainsi que de me donner des cours. Je découvris Jacob. Il était certes plus jeune que moi -bien qu'il était nettement plus grand en taille- mais je m'entendais très bien avec lui. Il avait une bonne humeur contagieuse. Je me surpris à rire. Oui à rire, de bon coeur. A rire vraiment. Il était le seul avec qui je me sentais bien. Comme une béquille. Il savait me faire sourire, rire. Je n'étais bien qu'avec lui. Il m'aidait beaucoup. Bien que je croyais ne jamais guérir, j'allais bien mieux.
    Le jour de la saint-valentin, je devais sortir avec des amis et lui au cinéma. J'avais fais mon possible pour que cela ne ressemble pas à un rencart en invitant toute ma bande. Pourtant, au final, il n'y eu que Mike, Jacob et moi. Situation assez inconfortable, je le confesse. J'avais opté pour un film d'horreur ne pouvant toujours pas supporter les navets romantiques. Si au départ j'avais été assez impressionnée par le sang, les éclats de rire de Jake me détendirent. Nous nous moquâmes tout le film des effets spéciaux plus que douteux. Mike lui, était plutôt malade et partis au toilette aec des nausées. Avec Jacob, nous ressemblions beaucoup à un couple. Bien qu'Edward restait graver en moi. Ce que pensaient les autres je m'en fichais, mais ce soir là, Jake m'avoua qu'il m'aimait, mais qu'il ne voulait pas que ça change entre nous. Il faut dire que désormais, lui tenir la main m'étais plus difficile. Ceci n'avait pas la même signification pour lui que pour moi et j'en était désolée. J'aurais vraiment aimé ressentir la même chose que lui. Cela m'aurait éviter de souffrir, mais Edward, bien que cela faisait prêt de cinq mois qu'il m'avait quitté, était toujours mon seul et unique amour. Mike rentra chez lui, et Jacob me quitta aussi, plutôt malade. Je m'inquiétai pour lui.



Dernière édition par Bella Swan le Mer 9 Juil - 13:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://choice-fascination.forumsactifs.net
Renesmée Cullen
I can't live without you | &&. Fondatrice
Renesmée Cullen


Messages : 405
Date d'inscription : 02/07/2008
Localisation : Somewhere

{* Vous
{ You are ?: Vampire
{ Relations:
{ Humeur: Dévastée

Bella Swan *} Fiche Administrative Empty
MessageSujet: Re: Bella Swan *} Fiche Administrative   Bella Swan *} Fiche Administrative Icon_minitimeDim 6 Juil - 14:41


    Durant toute une semaine, je n'eu pas de nouvelle. Il n'était jamais disponible lorsque j'appelais chez lui. Finalement, je décidai d'aller le voir. Il avait rejoind la très redouter "bande à Sam Uley". Ce dernier ne pouvait pas que Jacob me fréquente. Il "rompait" avec moi. D'accord, le mot était mal choisit, mais c'était exactement l'impression que j'avais. Toute ma vie était remise en question, ma plaie qui avait commencé à cicatrisé s'était ré-ouverte brusquement. J'avais tellement mal. Le soir, Jake me rendit visite dans ma chambre, me disant qu'il n'avait rien le droit de me dire mais qu'il faudrait que je devine ce qu'il était devenu. Cela me perturba. Cependant, je me rendis vite compte de la réalité. Jacob Black était un... loup-garou.
    Et tout recommença. Bon d'accord, j'avoue le fait que mon meilleur ami se transphormait en énorme loup était étrange, mais cela ne me fit pas peur. Ça vous rappel quelque chose ? A moi aussi ! Mais je m'interdisais de penser aux vampires (soit dit en passant le vampires étaient les ennemis naturels des loups.. Evidement.) Une après-midi où Jacob patrouillait la forêt avec ses copains les Loups, je me sentais véritablement seul. Quelques temps auparavant, Jacob m'avait emmené aux falaises, la vue y était fabuleuse mais j'avais découvert que beaucoup de jeunes de la Push s'amusaient à sauter du haut de cette falaise. Avec Jake, on s'étaient promis de le faire ensemble un de ces jours. Bon, il faisait froid, l'eau était sans doute glaciale, mais je m'en fichais. Ce saut ferait monter en moi de l'adrénaline, et si vous voulez mon avis, s'était incroyablement "téméraire et stupide" ce que mon ange-fantôme m'avait formellement interdit. Il y avait toute les chances de faire renaitre en moi ces illusion et j'entendrais son ténor envoutant. Je sautai. Comme je l'avais prédis j'entendis la voix de mon doux. Si nette, si voluptieuse, je vis même son image. Et puis, je plongeai dans l'eau. Elle était si froide, elle me pris toute entière, claquant contre ma peau frèle. La perte de conscience, la certitude de mourir. Ma mort s'affichait maintenant comme une évidence. Je m'en allai et mes dernières images seront ceux d'Edward. Quelle belle mort. Cependant quelqu'un me tira hors de l'eau : Jacob Black.
    Alors qu'il me ramenait chez moi et que j'y voyais là le moment propice pour tourner la page "Edward" et me plonger dans le chapitre "Jacob" tout dérailla. Je reconnu la mercedes de Carlisle, garée devant chez moi. Enfaite, il s'agissait d'Alice, qui m'avait vu sauter du haut de la falaise et qui avait crut à une suicide. Evidement, Edward fut au courant et crut lui aussi à un suicide et il voulut en faire autant. Il fallait agir vite. Edward était aller en Italie provoqué les Volturi afin qu'ils ne le tuent. Je partis sans réfléchir, laissant Jacob derrière moi. Fort heureusement, nous arrivâmes à temps Alice et moi. Edward fut sauvé. Mais je rencontrai les Volturi, et étant donné que j'étais une humaine, il fallait soit que je me transphorme, soit que je meurs. Alice leur promis que je serais bientôt une vampire.
    De retour à Forks, les relations avec Jake fut bien plus difficile. Les Cullen étaient revenues et j'étais désormais prise entre deux feux. Les vampires et les loup-garou. Edward se méfiait beaucoup des protecteurs, bien que je lui en persuadai du contraire. Je pu de nouveau avoir mon meilleur ami et mon amoureux. Divers problèmes resurgirent. Victoria l'ancienne compagne de James et l'amie de Laurent m'en voulait encore beaucoup -à moi et Edward- de la mort de ses deux acolytes. Elle réunit entre autre une armée de nouveaux-nés (termes signifiant ici vampires fraichement transphormés dotés d'une force sans pareil) et une guerre entre les Cullen et leur nouveaux aliés les loups-garou contre l'armée de nouveaux-nés de Victoria et cie. Peu de temps avant, j'avais accepté de devenir la femme d'Edward si celui ci me transphormait ensuite en vampire. Jacob Black l'apprit. Je ne vous cache pas qu'il fut très en colère et sa peine me traverssa toute entière. Edward nous laissa seul un moment. Non loin, la bataille faisait rage et Jake menaça très vite de se livrer corps et âme aux ennemis. Prise de panique j'étais prête à tout faire pour le retenir, entre autre lui demander de m'embrasser. C'est ce qu'il fit, je me rendis bien vite compte.... que je l'aimais.
    Edward plus que lui. Mais j'aimais aussi Jacob. C'était une véritable torture. la compréhension d'Edward était pire que tout. Je me sentais tellement coupable de les faire ainsi souffrir. Pourtant, le mariage approchait, et un retour en arrière me semblait impossible. Mon père n'avait pas très bien pris le fait que je décide de me marier avec Edward Cullen. Et pour cause, il avait toujours préféré Jacob. Au contraire, les Cullen étaient ravis. Ma nouvelle famille. Alice préparait les noces et était ma demoiselle d'honneur.. ainsi que Rosalie. Mes relations avaient tout le monde étaient merveilleuses. Bon, avec Rosalie s'était encore délicat, elle ne comprennait pas que je veuilles devenir une vampire, mais je m'entendais déjà mieux. Tout allait pour le mieux. Enfin presque. Cette impression de m'être trompée, cette impression d'avoir encore le choix, cette impression qui ne me quitterait jamais.


    Signes particuliers* : Bella a une cicatrice en forme de demi lune sur la main suite à l'attaque de James. Elle aurait pu être transphormée en vampire. Edward est arrivé à temps et à sucé le venin...


    III- Note de l'auteur :

    Célébrité sur l'avatar : Kristen Stewart
    Où avez-vous connu le forum ? C'est moi qui l'ai créer
    Une chose à dire ? Pas en particulier
    Code : [OK]
Revenir en haut Aller en bas
https://choice-fascination.forumsactifs.net
 
Bella Swan *} Fiche Administrative
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» {*Edward Cullen -Fiche Administrative II-
» { Bella Notte _UC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{* Choice Fascination :: {* Introduction :: Corbeille-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser